Contre le régime de Kiev et la Junte de l’Est ! Déclaration du SAT-Kiev (Syndicat Autonome des Travailleu-r-ses) sur le conflit dans les régions de l’Est

[Traduction d’une déclaration publiée en Anglais sur le site du SAT]

Il y a une confrontation continue sur le territoire Ukrainien opposant les bourgeoisies [Classes dirigeantes] locale et russe qui montent les travailleurs les un contre les autres et provoquent l’hostilité, entraînant le pays dans un état proche de la guerre civile. Les Événements de Marioupol sont l’incarnation de cette confrontation. De nombreuses personnes, combattants et civils, miliciens et conscrits, aussi bien que les volontaires, ont souffert des deux côtés du conflit à l’issue de l’opération « anti-terroriste ».

C’est une situation critique pour les travailleurs. Le gouvernement traite toutes les manifestations Anti-Maidan de la même façon : les soldats ne comprennent pas sur qui ils tirent et ceux qui se font tirer dessus ne comprennent pas pour quoi ils meurent. Les deux côtés du conflit manipulent leur « fantassins » [base armée] avec un cynisme particulier, et c’est pour cela que les travailleurs se retrouvent à se battre pour des idées qui n’ont rien en commun avec leurs intérêts matériels, leur intérêts de classe. Les unités de militaires ukrainiennes et autres groupes armés se battent pour des idées insensées de national-patriotisme et « d’unité de la Nation », alors que les séparatistes se battent pour la création d’un nouvel état/ou le rattachement à la Russie. Dans tous les cas, l’objectif est un état bourgeois national, avec ses bureaucrates, sa police, ses juges, ses prisons, ses capitalistes et ses pauvres.

Encore aujourd’hui il y a des douzaines de victimes et morts en conséquence d’un combat entre deux mouvements réactionnaires. Armée incompétente d’un côté, décadence de combattants de l’autre augmentent significativement les pertes.

Les hauts-gradés des mouvements Anti-Maidan sont généralement composés de militaires à la retraite, d’anciens officiers de police, qui étaient loyaux au précédent régime. Ainsi, le commandement des « républiques populaires » des régions de l’Est de l’Ukraine devrait en fait être qualifié de junte : la dictature par la Police et les forces armées.

Des groupes fascistes et criminels présents dans ce mouvement donnent à l’ensemble de la junte un caractère profondément réactionnaire et radicalement contraire aux intérêts de classe des travailleurs des régions de l’Est.

La propagande pro-Russe décrit les combattants séparatistes comme des résistants antifascistes. Selon cette propagande, « l’opération anti-terroriste » débutée par le gouvernement ukrainien n’est rien d’autre que l’attaque de fascistes ukrainiens de « Secteur Droit », dont le rôle dans cet événement et bien d’autres est largement surestimée de façon inquiétante.

« Secteur Droit » est une coalition faiblement coordonnée de différents groupes d’extrême droite. Sa structure sociale est composée de jeunes d’extrême droite et de groupes criminels. La structure sociale de s combattants des « république populaires » est sensiblement similaire : jeunes, gangsters, éléments déclassés. La popularité de « Secteur Droit » est actuellement très faible (même bien plus faible que le complètement discrédité Parti Communiste d’Ukraine ) ; de plus « Secteur Droit » est lui même en état de guerre clandestine avec le gouvernement Ukrainien.

En raison de communiqués de presse permanents d’une « pseudo-communauté antifasciste internationale», « Secteur Droit » acquiert une image terrifiante d’une organisation puissante qui dirigerait presque l’État Ukrainien, ce qui n’est objectivement pas le cas. Mais nous ne sommes pas en train d’essayer de minimiser le problème que posent les mouvements fascistes en Ukraine. Le SAT-Kiev a régulièrement insisté sur la montée des violences d’extrême-droite, particulièrement à l’encontre des groupes d’extrême gauche, déjà en 2012 sous le régime de Ianoukovytch. Les militants du SAT ont également été attaqués. Un de nos camarades a presque été tué par des néo-nazis qui l’avaient attaqué à coup de couteaux. De plus, cette année la marche du 1er mai a du être déplacée à cause de menace de clashs avec l’extrême droite.

Resister aux mouvements fascistes a été une des premières tâches du mouvement anarchiste ukrainien depuis longtemps. A la différence de post-staliniens [s’affichant pour l’occasion] « antifascistes » dans des pays occidentaux, nous connaissons ce problème de première main et pas seulement par des communiqués sur Internet. Et malgré tout, nous et nos camarades avons géré l’organisation d’une marche de premier mai anarchiste, sur des mots d’ordres sociaux, anticapitalistes et antinationaux à Kiev, Kharkiv et Jytomyr.

Les anarchistes n’ont pas l’intention de laisser du terrain aux nazis et au gouvernement de droite libérale. C’est le SAT qui a organisé une manifestation de la gauche radicale contre L’Union panukrainienne « Patrie » [Всеукраїнське об’єднання « Батьківщина », parti de Ioulia Tymochenko], parti au pouvoir.

Nous sommes prêts à continuer à nous battre contre l’Etat, le Capital et les groupes d’extrême droite qui le protègent. Mais ce combat est cent fois plus dur lorsque l’État, l’Église, les structures de police et les mouvements fascistes sont unis dans une même force. Une telle situation a lieu dans le Donbass où « l’armée de la République Populaire de Donestk » a à sa tête Igor Strelkov, un agent secret russe grand admirateur de l’Histoire de l’Armée Blanche tsariste ; où les organisateurs du référendum, fondateurs du mouvement « Donbass orthodoxe », font appel aux conseils du leader du plus vieux mouvement néo-nazi russe post-soviétique, le « légendaire » Aleksandr Barkashov ; où les activistes Anti-Maidan manifestent leur solidarité et leur respect à une autre icône des fascistes européens, Alexander Dougine ; où le co-président de « la République Populaire de Donestk » Denis Pushilin regrette ouvertement la revolution de 1917 qui mit fin au tsarisme et qu’il appelle « un désastre sanglant ».

Les slogans sociaux ne sient pas aux manifestes et documents officiels des séparatistes, alors que s’y trouvent de nombreuses phrases à propos de paix entre les classes et d’intérêt des petites entreprises. Les criminels et la junte fasciste organisent l’enlèvement et la torture de militants syndicalistes.

Le nationalisme est un ennemi mortel de la Classe Ouvrière. Cela est démontré une fois de plus par les événements actuels en Ukraine, lorsque les fascistes des deux côtés aident la classe dirigeante à combattre physiquement les travailleurs. La question est : combien de victimes et de destructions faudra-t-il pour que le prolétariat Ukraininen le réalise ?

Nous demandons au gouvernement de Kiev de retirer ses troupes des villes immédiatement, et à la junte de l’Est de cesser de terroriser les travailleurs. Notre but est de maintenir la résistance sur tous les fronts et construire un mouvement ouvrier contre toute probabilité.

Nous appelons nos frères et sœurs travailleur-euses ukrainien-nes à se rassembler autours de nos intérêts de classe, parmi lesquels la paix et la solidarité, mais pas cet insensé combat pour maintenir ou séparer des territoires. La lutte des Classes n’a rien à voir avec le combat pour redistribuer le pouvoir. Quel que soit le vainqueur dans cette confrontation entre gouvernements et séparatistes, nous perdrons, c’est pourquoi la boycotter est notre priorité. Ignorer les décisions gouvernementales, renoncer au militarisme, faire grève et construire un mouvement révolutionnaire ouvrier, telles sont nos armes contre la guerre qui nous est imposée. Nous ne nous pouvons compter que sur nous-mêmes et la solidarité internationale d’autres organisations d’extrême-gauche. Si nous commençons pas à riposter, nous devrons faire face aux temps les plus difficiles.

Ni dieu ni maître, ni patries ni frontières !

Travailleurs-euses de tous pays, unissez vous !

АВТОНОМНА СПІЛКА ТРУДЯЩИХ, mai 2014

Traduction par Brasiers et Cerisiers.

À propos de brasiers et cerisiers

#ViveLaSociale #Antifascisme #Environnement #Autogestion #Geekeries #Littérature #Rebellions #DiY #ASSR #LuttesDeLiberationNationales
Ce contenu a été publié dans Antifascisme, Zones de rebellions, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Contre le régime de Kiev et la Junte de l’Est ! Déclaration du SAT-Kiev (Syndicat Autonome des Travailleu-r-ses) sur le conflit dans les régions de l’Est

  1. Ping : Un autre point de vue sur les événements en Ukraine… | les AZA

  2. Sam Telam dit :

    Et bien, tout est dit!!!

    Et bien écrit!!!

    Salutations antifascistes et libertaires aux anars UkrainienNEs dans leur combat contre les Oligarques de tous bords…

    Abraço do Sam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *