Répondre à quelques objections courantes au mouvement « Black Lives Matter »…

…Que l’on retrouve finalement de ce côté de l’Atlantique.

Article en anglais de Patrick O’Donohue. Publié sur le blog The Organizer (animé par la branche locale des IWW-Twin Cities) et le journal papier de Mars 2015 des Industrial Worker of the World (IWW, organisation syndicaliste révolutionnaire). Traduction B&C depuis la version papier. Le mouvement Black Lives Matter (« La vie des Noir-es compte ») est une réponse des populations afro-américaines (et leurs soutiens, même si celui-ci ne semble malheureusement pas aller de soi, comme le montre cet article) aux violences policières et meurtres racistes. Les objections listées ci-dessous et traitées sous forme de questions/réponses raisonnent jusqu’ici dans l’hexagone ou certain-es voudraient, sous-couvert « de se concentrer sur la seule lutte qui vaille, la Lutte des Classes », esquiver maladroitement la question du racisme et surtout ne pas faire de place à des victimes de racisme qui s’organisent.

« Les gens devraient arrêter de faire des trucs à propos des races* »
Oui. Complètement. Les personnes et institutions racistes devraient arrêter de faire ce truc à propos de la race qui consiste à ne pas traiter à égalité les personnes de couleur. Tant qu’elles le font, nous devrions pointer ce racisme et les critiquer pour ça.

« Nous devons nous unir, pas être divisés ! »
Oui. Complètement. Nous devons nous unir tous ensemble contre le racisme [la meilleure façon de ne pas être divisés]

« TOUTES les vies comptent »
Oui. Complètement. Donc quand la Police traite des vies comme si elles ne comptaient pas, nous nous opposons. Quand la Police prend pour cible des groupes ethniques, noirs, amérindiens, avec des abus disproportionnés nous devons pointer cette prise de cible raciste. Quand la Police continue d’exécuter sommairement des personnes noires et s’en sortent impunément encore et toujours, et considère la vie des Noir-es comme si elles ne comptaient pas, il est approprié pour nous de dire « La vie des Noir-es compte ! »- puisque que toutes les vies comptent.

"All Lives Matter", retournement violent et stupide du slogan, insinuant que "Black Lives Matter" signifierait "Only Black Lives Matter" . Ce détournement repris par le tristement célèbre "homme aux pancartes" Voltuan lors de La Marche de la Dignité à Paris lui a valu de se faire écarter du cortège.

« All Lives Matter », retournement violent et stupide du slogan, insinuant que « Black Lives Matter » signifierait « Only Black Lives Matter » . Ce détournement repris par le tristement célèbre « homme aux pancartes » Voltuan lors de La Marche de la Dignité à Paris lui a valu de se faire écarter du cortège.

« Les Irlando-américains ont été persécutés, aussi. »
Il y a certes un paquet d’années, mais oui. Complètement. C’est pourquoi les Irlando-américains devraient se lever aux côtés des personnes qui font actuellement face à des discriminations similaires à celles que leurs ancêtres ont vécu. La même chose vaut pour celles dont les ancêtres étaient italiens, Allemands, Juifs, Slaves, Espagnols ou tout autre groupe ethnique qui a fait face à des discriminations en arrivant aux États-Unis. Vraiment, ça vaut pour tout le monde.

« Tout ce truc sur la race ne fait que nous diviser contre les réels problèmes qui sont les Classes et l’usage abusif du pouvoir par le gouvernement ! »
Oui. Tout à fait. Le racisme a historiquement été utilisé pour empêcher les populations exploitées et oppressées de travailler ensemble, et contre leurs intérêts communs. En tant que tel, le racisme est un pilier du pouvoir de la Classe [bourgeoise] et de l’État. Au lieu de permettre au racisme de nous tromper en nous faisant accepter les institutions bourgeoises et étatiques, nous devrions nous unir avec les personnes de couleurs contre ces institutions et contre le racisme qu’elles soutiennent.

«Des Blanc-hes se font aussi tuer par la Police ! »
C’est vrai. Nous nous faisons tuer à un taux bien moindre, les médias ne diabolisent pas autant les victimes de violences policières qu’elles ne diabolisent les victimes noires, mais oui : des Blanc-hes se font également tuer par la Police. Spécialement des queer, victimes de problèmes mentaux, sans-abris, ou encore appartenant à la classe ouvrière. Ces aspects de discriminations policières doivent être abordés. De même que les aspects racistes doivent l’être. Et bien-sûr, toute exécution sommaire de la Police devrait être condamnée. Les revendications du mouvement Black Lives Matter (caméras individuelles, enquêtes indépendantes sur les violences policières, surveillance communautaire sur la Police, fin de la « politique de la vitre brisée » et de la guerre à la drogue, sont des revendications utiles pour toutes les victimes de violences policières, quelle que soit leur race.

« vous créez du trouble »
C’est le but de la désobéissance civile. Nous avons pour objectif de rendre impossible la perpétuation de l’ignorance du problème des violences et du racisme policier. Nous avons pour but de faire de notre mouvement un problème constant pour ceux qui sont au pouvoir, et ceux qui ont ignoré cette question, parce que nous avons vu que demander poliment à l’État de svp-arrêtez-d’exécuter-sommairement-des-gens ça ne marchait pas. Si tu soutiens uniquement les changements sociaux lorsque c’est convenable, ne dérange pas, n’interrompt pas ton business quotidien, alors tu ne soutiens pas les luttes sociales tout court. Le changement est perturbateur par définition.

« Vous les manifestant-es, vous contrevenez à la loi ! »
Possible, mais la loi brise des êtres humains et des communautés tous les jours. La loi prend pour cible les membres de la classe ouvrière et les personnes de couleur par l’incarcération de masse dans une prétendue « guerre à la drogue » aux objectifs racistes, une politique de la « vitre brisée » punissant sévèrement des « infractions » mineures et une politique de la peine plancher. La loi opère comme un impôt souterrain pour les communautés visées par la police, et un moyen d’engouffrer les personnes en prison en les utilisant comme travailleurs à bas-coût. La loi couvre la Police lorsqu’ils assassinent des personnes non-armées. Nous contrevenons complètement à cette loi et espérons la briser avec une telle intensité qu’elle ne pourra plus jamais être utilisée pour viser et oppresser les travailleurs-ses et personnes de couleur.

*Race, traduit ici littéralement, s’entendant ici évidemment non pas dans un sens biologique mais dans le sens couramment utilisé chez les anglo-saxons : la race est une construction sociale, existe en tant que facteur social conduisant à des discriminations et mécanismes concrets. Il y a tout un débat un peu technico-pointilliste en France pour savoir si ce terme doit être repris en français ou non, puisque notre belle culture serait porteuse d’un universalisme ne distinguant pas les enfants de la République. Employer ce mot reviendrait à ouvrir la porte au racisme biologique (apparemment le racisme, c’est comme Beetlejuice, il n’apparaîtrait que lorsqu’on prononce un mot 3 fois). Vous souhaitez qu’on arrête de reprendre ce mot ? Battez-vous pour faire disparaître le racisme de la « réalité républicaine » et on en recausera. Si ça vous emmerde hé bah tant pis.

À propos de brasiers et cerisiers

#ViveLaSociale #Antifascisme #Environnement #Autogestion #Geekeries #Littérature #Rebellions #DiY #ASSR #LuttesDeLiberationNationales
Ce contenu a été publié dans Antifascisme, Lutte des Classes, Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *